Alain fuchs — wikipédia gaston y daniela

#########

Né à Lausanne, Alain Fuchs passe une partie de son enfance et de son adolescence electricity quiz ks2 en Afrique, au gré des missions de son père informaticien, successivement au Zaïre, en Côte d’Ivoire et en Afrique du Sud, où il pratique le rugby. De retour à Lausanne à 17 ans, il intègre l’ École polytechnique fédérale de Lausanne (EPFL) et obtient le diplôme d’ ingénieur chimiste en 1975. Il rejoint ensuite l’ université Paris-Sud 11 en doctorat d’État dans le laboratoire d’Henri Szwarc, où il pratique la physico-chimie et la thermodynamique par des approches expérimentales et spectroscopiques. Il soutient sa thèse d’État [2 ], Cristaux vitreux et transition vitreuse, en 1983 [3 ]. Puis il effectue un séjour post-doctoral à Édimbourg [4 ] (1984–1985) avec le professeur Stuart Pawley, où il se forme à la dynamique moléculaire. [5 ] Carrière [ modifier | modifier le code ]

Alain Fuchs entre au CNRS en 1985 en tant que chargé de recherche, puis sera promu directeur de recherche en 1991. Il devient en 1995 professeur de chimie à l’ Université Paris-Sud [6 ]. De 2000 à 2005, il fonde le Laboratoire de Chimie-Physique [7 ] ( UMR 8000) à Orsay et prend sa direction. Il est président de l’ agrégation externe de chimie de 1998 à 2001 et président de la section 13 du Comité national de la recherche scientifique de 2004 à 2008. Il enseigne la thermodynamique 2015 electricity rates, la thermodynamique statistique, les forces et surfaces intermoléculaires, les 4 gas laws techniques de simulation moléculaire, l’ histoire de la chimie et la chimie physique. En 2006, il devient le directeur de Chimie ParisTech [2 ].

Il est nommé le 21 janvier 2010 président-directeur général du CNRS en succession de Catherine Bréchignac et d’ Arnold Migus qui occupaient respectivement les deux postes distincts ( président du CNRS et directeur général) [8 ] , [6 ] , [9 ]. Il y supervise une réorganisation de l’établissement en dix instituts nationaux thématiques et trois pôles interdisciplinaires, et promeut l’insertion du CNRS dans les alliances nationales thématiques. [10 ] Son mandat venant à échéance le 20 janvier 2014, il est d’abord chargé, par arrêté de la ministre de l’Enseignement supérieur et de la recherche gas 0095 [11 ], d’exercer l’ intérim avant d’être finalement renouvelé dans ses fonctions le mois suivant [12 ]. Cette reconduction est qualifiée par Sylvestre Huet d’ « occasion de débat perdue » [13 ].

Alain Fuchs quitte la présidence du CNRS le 24 octobre 2017 pour prendre la présidence de Paris Sciences Lettres [14 ] (établissement universitaire français composée de 9 établissements membres et 10 associés), où il entend accélérer le processus d’intégration en passant du statut de COMUE au statut de grand établissement et faire de PSL l’une des 20 premières universités mondiales entièrement sélectives [15 ]. Lors de son départ du CNRS, il dénonce “la chute vertigineuse du budget de l’ANR, doublée d’une politique d’appels à projets contestable”, et alerte sur la nécessité de convaincre la puissance publique de l’importance cruciale de la recherche scientifique pour l’avenir. [16 ] Intégrité scientifique [ modifier | modifier le code ]

En 2015, Alain Fuchs admet une electricity use estimator complicité collective dans le système d’évaluation des publications scientifiques dont le modèle de production, selon lui, atteint ses limites. Il préconise un système de régulation par des mesures prises collectivement au niveau global c’est-à-dire mondial et une évolution forte du mode de publication. Néanmoins, il encourage un pouvoir de sanction qui doit être national selon l’avis du président(e) du CNRS qui se base sur l’avis de la commission dont la priorité est de protéger la réputation des agents [17 ] , [18 ].

En 2018, dans le cadre de l’affaire d’ Olivier Voinnet, l’article du Monde pointe des incohérences dans la commission d’enquête concernant d’éventuelles manipulations d’images des publications de Catherine Jessus [19 ]. En réponse, il co-signe une lettre ouverte, parmi 500 signataires dénonçant en autres des dénonciations, certes gas efficient cars under 15000 maquillées par la modernité d’un site participatif ( Pubpeer) et une chasse au sorcières tout en pronânt une entreprise transparente [20 ].

Les activités de recherche d’Alain Fuchs portent sur la théorie, la modélisation et la simulation numérique des fluides confinés [2 ] dans divers types de matériaux poreux. Ses principales publications récentes incluent : Forced intrusion of water and aqueous solutions in microporous materials: from fundamental thermodynamics chapter 7 electricity note taking worksheet to energy storage devices dans la Chem. Soc. Rev. [23 ] et Interplay between defects, disorder and flexibility in metal-organic frameworks dans Nature Chemistry [24 ].