Bijou de fantaisie — wikipédia gas weed

#

Le bijou existe depuis presque autant de temps que le vêtement. D’abord en tant qu’ ornement afin d’agrémenter la tenue. De nature religieuse ou esthétique, ces objets se sont sophistiqués avec les techniques successives de fixation pour enfin sacraliser le mot bijou.

Ce n’est qu’après la Première Guerre mondiale, avec l’ère du pétrole, du fordisme et l’apparition de la production en série, que les bijoux et parures deviennent moins « symboliques » et leur usage moins « codifié ». En effet, maintenant accessibles à tous, les bijoux étaient à l’époque, un moyen de distinguer les rangs de classes sociales. Ainsi, on pouvait reconnaître de quelle classe provenait telle personne et l’ornement était considéré comme luxueux.

Par ailleurs, la Première Guerre mondiale est un tournant capital dans l’histoire du bijou car l’or est récupéré par les gouvernements pour participer à l’effort de guerre. Les artisans sont mobilisés ou reconvertis dans l’industrie des armes. Les bijoux subissent le même sort et sont élaborés avec des métaux simples ( fer, cuivre, aluminium…). Les bijoux d’antan, créés à base de métaux précieux prennent une signification encore plus grande du fait des séparations définitives ou non, dues à l’époque. Contexte favorable, résultat du choc des deux guerres [ modifier | modifier le code ]

Le choc de cette guerre et le nouveau rôle social des femmes dans ce contexte influent sur la mode en général et la conception des bijoux, qui deviennent plus stylisés sous l’impulsion de la mode Art déco. L’essor des nouveaux matériaux (bakélite, maillechort) et le retour de plus anciens (marcassite, étain) redonnent un nouvel élan où les faux bijoux ne sont plus des tentatives d’imitation mais bien des bijoux à part entière avec des formes et des couleurs propres.

Les mœurs changent avec la violence de la guerre et le rôle social des femmes prend une place déterminante (elles sont dans les usines et les hommes à la guerre) dans la mode en général et la fabrication des bijoux. De nouveaux matériaux apparaissent et des anciens matériaux sont réutilisés.

Ainsi, les « faux bijoux », qui seront (car ils n’utilisaient pas de matériaux précieux, mais ressemblaient à des bijoux de luxe) possèdent peu à peu leur propre identité et s’inscrivent dans une nouvelle mode particulière (la mode Art), avec leurs couleurs et formes propres. L’introduction du terme « bijou fantaisie » apparaît enfin. Les Trente Glorieuses [ modifier | modifier le code ]

Le bijou existe depuis presque autant de temps que le vêtement. D’abord en tant qu’ ornement afin d’agrémenter la tenue. De nature religieuse ou esthétique, ces objets se sont sophistiqués avec les techniques successives de fixation pour enfin sacraliser le mot bijou.

Ce n’est qu’après la Première Guerre mondiale, avec l’ère du pétrole, du fordisme et l’apparition de la production en série, que les bijoux et parures deviennent moins « symboliques » et leur usage moins « codifié ». En effet, maintenant accessibles à tous, les bijoux étaient à l’époque, un moyen de distinguer les rangs de classes sociales. Ainsi, on pouvait reconnaître de quelle classe provenait telle personne et l’ornement était considéré comme luxueux.

Par ailleurs, la Première Guerre mondiale est un tournant capital dans l’histoire du bijou car l’or est récupéré par les gouvernements pour participer à l’effort de guerre. Les artisans sont mobilisés ou reconvertis dans l’industrie des armes. Les bijoux subissent le même sort et sont élaborés avec des métaux simples ( fer, cuivre, aluminium…). Les bijoux d’antan, créés à base de métaux précieux prennent une signification encore plus grande du fait des séparations définitives ou non, dues à l’époque. Contexte favorable, résultat du choc des deux guerres [ modifier | modifier le code ]

Le choc de cette guerre et le nouveau rôle social des femmes dans ce contexte influent sur la mode en général et la conception des bijoux, qui deviennent plus stylisés sous l’impulsion de la mode Art déco. L’essor des nouveaux matériaux (bakélite, maillechort) et le retour de plus anciens (marcassite, étain) redonnent un nouvel élan où les faux bijoux ne sont plus des tentatives d’imitation mais bien des bijoux à part entière avec des formes et des couleurs propres.

Les mœurs changent avec la violence de la guerre et le rôle social des femmes prend une place déterminante (elles sont dans les usines et les hommes à la guerre) dans la mode en général et la fabrication des bijoux. De nouveaux matériaux apparaissent et des anciens matériaux sont réutilisés.

Ainsi, les « faux bijoux », qui seront (car ils n’utilisaient pas de matériaux précieux, mais ressemblaient à des bijoux de luxe) possèdent peu à peu leur propre identité et s’inscrivent dans une nouvelle mode particulière (la mode Art), avec leurs couleurs et formes propres. L’introduction du terme « bijou fantaisie » apparaît enfin. Les Trente Glorieuses [ modifier | modifier le code ]