Chevron (entreprise) — wikipédia grade 9 electricity

##

Fin octobre 2008, un tribunal de San Francisco s’est saisi d’une plainte déposée contre Chevron : l’entreprise est accusée par des plaignants nigérians de recruter et de transporter des militaires impliqués dans les meurtres de manifestants pacifistes. Ces derniers occupaient une plate-forme pétrolière de Chevron (située dans le delta du Niger, au Nigeria) pour protester contre les dégradations environnementales provoquées par l’ activité pétrolière dans la région, et pour dénoncer le manque de retombées économiques de cette activité au niveau local [3 ].

En 2013, Chevron signe un contrat de 50 ans sur le gaz de schiste en Ukraine pour un montant de 10 milliards de dollars [5 ]. En octobre 2015, Chevron annonce la suppression de 6 000 à 7 000 postes suite aux difficultés liées au faible prix du pétrole [6 ].

En mars 2017, Chevron annonce la vente d’une participation de 75 % dans ses activités en Afrique du Sud à Sinopec pour 900 millions de dollars [7 ]. En avril 2017, Chevron annonce la vente de ses activités au Canada, notamment des activités de raffinage et de distribution en station service, pour 1,09 milliard de dollars à Parkland Fuel [8 ]. Activité [ modifier | modifier le code ]

Chevron Corporation emploie approximativement 62 000 personnes dans le monde et avait approximativement 12 milliards de barils de réserves prouvées au 31 décembre 2003. La production quotidienne en 2003 était de 2,5 millions de barils par jour. La compagnie a un réseau mondial de vente dans 84 pays avec approximativement 24 000 stations services, y compris celle des filiales. Chevron possède aussi des intérêts dans treize producteurs d’électricité aux États-Unis, en Asie, et en Europe. Les marques [ modifier | modifier le code ] Carburants [ modifier | modifier le code ]

Mais depuis, la compagnie se retrouve de nouveau devant des procédures judiciaires. En effet, De 1964 à 1990, Texaco, filiale de Chevron, a contribué directement ou indirectement à une déforestation illégale et fragmentation écologique, et a délibérément déversé des millions de tonnes de déchets toxiques liés aux forages et à l’exploitation pétrolière en Amazonie équatorienne en pleine jungle ou dans les fleuves ou marais, sur plusieurs centaines de sites, dont dans le parc national Yasuni (Hot-spot de biodiversité) et une réserve ethnique qui protège théoriquement le peuple premier des Huaoranis. Texaco s’est retirée des sites exploités sans dépolluer [9 ].

Quelque 30 000 Équatoriens (dont leaders autochtones chasseurs-cueilleurs, représentants des milliers de personnes vivant dans la jungle, dont les ressources en eau ont été polluées) poursuivent la multinationale pour avoir contaminé le sol et les cours d’eau. En 28 ans de présence, Texaco a contaminé une vaste zone du territoire national, rejetant des déchets toxiques dans les estuaires et les fleuves utilisés par plus de 30 000 personnes comme source d’eau potable, d’irrigation et de pêche et chasse. La pollution très importante des eaux et des sols a des conséquences catastrophiques pour la santé des populations de la zone, où les taux enregistrés de cancers, leucémies, problèmes digestifs et respiratoires sont sensiblement supérieurs à ceux du reste du pays. De nombreuses personnes ont dû abandonner leurs terres [9 ].

• 2002 : La Cour d’appel de New York renvoie l’affaire devant les tribunaux équatoriens. Le procès de Chevron Texaco est un cas sans précédent : c’est la première fois qu’une transnationale pétrolière doit comparaître devant la justice d’un pays de « Tiers monde » à la suite d’une plainte groupée déposée par des particuliers

• Janvier 2012 : Chevron est condamnée en appel à payer 9,5 milliards de dollars pour avoir pollué la forêt amazonienne équatorienne et porté atteinte à la santé des habitants de la région de Sucumbos, dont 30 000 avaient porté plainte contre la firme. L’entreprise doit présenter publiquement ses excuses aux victimes, sans quoi l’amende sera doublée et portée à 18 milliards de dollars [9 ].

• 2014 : Chevron poursuit les militants et victimes écuatoriennes sous prétexte qu’il y a tentative d’extorsion. Le juge Lewis Kaplan donne raison à l’entreprise. Le verdict est toutefois contesté par plusieurs, car le juge ne parlait pas espagnol. De plus, ce dernier détient des actions de Chevron à travers des fonds d’investissements.