Génération y — wikipédia electricity lesson plans 8th grade

########

Il est logique que chaque génération se distingue des autres. Mais il peut sembler excessif de faire de la différence de générations un déterminant des comportements plus décisif, entre autres, que les appartenances aux classes sociales, aux cultures, aux territoires, etc. L’existence de spécificités dans la relation des Y avec le travail n’est pas démontrée. Les travaux qui s’intéressent à cette génération sont plus descriptifs qu’explicatifs ou comparatifs. Des études qui tentent de comparer les différentes générations sont rares. La seule réalisée sur un échantillon français ( Jean Pralong) conclut d’ailleurs à l’absence de différences entre les X et les Y dans le rapport au travail, à l’entreprise et à la carrière [8 ]. Les propos qui attribuent des caractéristiques spécifiques à la génération Y sont aussi étudiés comme une idéologie managériale (François Pichault).

En 2011, la sociologue française Nathalie Moncel, du Centre d’études et de recherches sur les qualifications (CEREQ), fait remarquer la grande diversité de situations des electricity billy elliot karaoke with lyrics jeunes face à l’emploi [9 ]. Travaillant sur les « débutants sur le marché du travail », elle distingue ainsi une « jeunesse qui galère et dont on parle », une « jeunesse origin electricity account laborieuse et silencieuse » et cette « génération Y », « cette nouvelle jeunesse » de diplômés des écoles de commerce et d’ingénieurs qui ne représente que 6 % des jeunes [9 ].

Dans un contexte de pénurie de main-d’œuvre hautement qualifiée, leur arrivée dérange certains employeurs : ils sont rares et savent ce qu’ils valent. Pour les membres de la génération Y, l’autorité n’est pas toujours synonyme de compétence [15 ]. Ils n’ont pas peur de se comparer aux autres. Ils sont autant à l’aise pour communiquer à l’aide des technologies que de façon directe. Pour eux, prioriser l’ancienneté au travail est un frein à la créativité. Ils préfèrent être jugés sur leur contribution que sur l’ancienneté. Contrairement à leurs parents, les jeunes de la génération Y ne placent pas le travail au premier plan. Ils refusent de travailler durant les fêtes et week-ends (sauf en emploi étudiant) et veulent des congés pour décompresser, car la santé mentale et physique s’avère être leur priorité. Ils recherchent une meilleure qualité de vie, en conciliant travail et intérêt personnel [16 ]. Ils pensent à court terme et sont très mobiles [17 ]. « Progression rapide, horaires plus flexibles, formation continue, liberté et autonomie… Voilà quelques-unes des exigences de cette génération, et les entreprises n’auront 4 gas giants d’autre choix que d’en tenir compte » [18 ].

Les membres québécois de la génération Y ont grandi avec TVJQ (1980-88) ainsi que le Canal Famille (1988-2001) et des émissions purement québécoises telles que Passe-Partout (1977-1987), Bibi et Geneviève (1988-96), Sur La Rue Tabaga (1990-95), Les Intrépides (1992-96), Télé-Pirate (1991-97), Le Studio (1995-98) et, à leur adolescence, Radio Enfer (1995-01), Dans une galaxie près de chez vous (1998-01) et Watatatow (diffusé à Radio-Canada entre 1991 et 2005).

La génération précédente a pu s’extasier devant les progrès constants réalisés par l’industrie audiovisuelle et ses effets spéciaux. Pour la génération Y, qui est née après des films cultes tels que Star Wars, et était jeune pour d’autres plus récents comme The Matrix, ces progrès vont de soi, et plus rien gas efficient suv 2014 ne peut être graphiquement « étonnant », dans la mesure où « tout est possible », d’un dinosaure à la destruction d’une planète.

Cette génération est considérée comme naturellement plus à l’aise que les précédentes avec les technologies de l’information, et Internet en particulier. Elle peut être associée à l’ensemble des technologies et applications que l’on nomme aujourd’hui le Web 2.0. Chacun a accès à des outils de création et de communication dont les générations précédentes ne pouvaient que rêver. Ainsi, par exemple, écrire un livre dans les années 1970 nécessitait de le taper à l’aide d’une machine à écrire et à démarcher des éditeurs, ce qui rendait la diffusion des ouvrages plutôt incertaine. Aujourd’hui, on peut écrire sur son site web personnel ( blog ou autre) depuis n’importe quel ordinateur, la diffusion du contenu étant immédiate.

Bien qu’ils soient qualifiés de natifs numériques, certaines études, dont une réalisée par la fondation Travail-Université de Namur en Belgique, tendent à démontrer qu’une partie de la génération Y, les 16-25 ans, consomment plus qu’ils ne développent les nouvelles technologies. Pour certains théoriciens, la génération des natifs numériques est la Génération Z [19 ]. Plutôt que des digital natives, Jean-Noël Lafargue (expert en technologies) [réf. nécessaire] qualifie ce groupe d’âge de digital naives [20 ]. En effet, 83 % des jeunes entre 19 et 25 ans possèdent un compte Facebook [21 ], dont la plupart l’utilisent pour consommer des informations, et non pas en créer.

Cette génération se déplace facilement, elle a profité de la baisse des coûts du transport aérien et des facilités offertes par la voiture et les transports en commun. Les programmes de type Erasmus ont facilité les études et échanges avec l’étranger. Dans les pays occidentaux, après une longue période d’engouement pour l’automobile individuelle, cette appétence semble avoir dans electricity austin les années 2000 beaucoup diminué. Le driving boom (croissance régulière du nombre de kilomètres parcourus au volant par an) a été stoppé en 2004 aux États-Unis (de 1970 à 2004, la distance parcourue au volant par un Américain avait presque doublé, passant de 8 700 à 16 100 km, soit + 85 %), mais aux États-Unis la génération Y est celle qui prend mafia 2 gas meter le moins le volant (son kilométrage annuel a diminué de 23 % de 2001 à 2009). Ce chiffre a pour la première fois diminué en 2012 (tombé à 15 000 km), mais la génération Y se déplace plus en avion et surfe de plus en plus sur Internet [23 ]. L’un des scénarios prospectifs élaborés sur ce thème (scénario dit Ongoing Decline) envisage une prolongation de ce déclin, si la génération Z imite la génération Y [24 ]. Les transports doux ( vélo notamment) sont très appréciés en Europe du Nord et semblent durablement ancrés dans les comportements de cette génération.

• Lucie Wozniak : Les Digital Natives en organisation, construction d’un idéal-type et mise en débat des stratégies numériques : dans quelle mesure la catégorie controversée des Digital Natives, impacte les stratégies numériques organisationnelles ?, mémoire de master 2, Sciences de l’information et de la communication, Université Rennes 2, 2012 [28 ]