Humour — wikipédia a gas is a form of matter that

###

« L’humour est caractérisé par une énorme facétie (émergeant parfois d’une observation triste) — contée avec la plus stricte imperturbabilité, avec toutefois un dédain très marqué de l’opinion du lecteur ; ses moyens favoris sont le grossissement forcené de certaines particularités, — l’inopinée jonction de deux très distantes idées par l’opération d’un calembour ou par un jeu de perspective littéraire, — l’accumulation patiente de détails allant crescendo dans le baroque, mais déduits avec une logique rigoureuse et décevante [6 ]. » Définition [ modifier | modifier le code ]

Avoir le sens de l’humour, ou simplement avoir de l’humour, c’est mettre les difficultés de la vie à distance, les atténuer par un mot d’esprit. Cette forme d’indifférence a été décrite par Joseph Addison en distinguant le vrai du faux humour : « De même que le vrai humour a l’air sérieux tandis que le monde rit autour de lui, le faux humour rit tout le temps tandis que le monde a l’air sérieux autour de lui » [8 ] , [9 ]. Registre humoristique [ modifier | modifier le code ]

Dans son sens strict, l’humour est une nuance du registre comique qui vise « à attirer l’attention, avec détachement, sur les aspects plaisants ou insolites de la réalité » [4 ] , [10 ]. Toutefois, dans le langage courant, le sens du terme s’est élargi pour désigner le comique, c’est-à-dire l’ensemble des procédés visant à susciter le rire ou le sourire [11 ] , [12 ].

L’humour est indissociable du comique, c’est-à-dire de « ce qui est propre à faire rire » ; le comique est, parmi les tonalités littéraires, ce qui permet l’humour ; il en existe principalement 6 formes (situation, mots, gestes, caractère, mœurs, répétition). En sorte, l’humour utilise nécessairement une forme de comique, mais toute manifestation comique n’est pas forcément humoristique.

Auparavant, il était question de trait d’esprit dans le domaine littéraire. Le trait d’esprit se définissait plus comme une forme d’ ironie acide et pince-sans-rire, constaté chez des auteurs du siècle des Lumières comme Voltaire, Diderot ou Crébillon fils. Sigmund Freud a étudié le trait d’esprit ( Witz) dans Le trait d’esprit et sa relation à l’inconscient ( 1905). L’humour tel que pratiqué par les Britanniques se révélait cependant plus proche d’une forme de regard absurde et détaché sur les événements, sans forcément conduire à la malveillance vers laquelle tendait souvent l’ esprit français.

L’étude de l’humour et ses effets ( gélotologie) entre dans le champ disciplinaire de la psychologie, de la philosophie, de la linguistique, de la sociologie, de l’ histoire, de la littérature et de la médecine. Origine et rôle [ modifier | modifier le code ]

Pour certains éthologues [Qui ?], le rire, constaté chez certaines races de singes, est avant tout le rictus, c’est-à-dire un soulèvement des lèvres afin de montrer les dents ; il pourrait donc être une forme de violence détournée, une inclination à l’agression résumée en une grimace. Vu sous cet angle, l’humour permettrait d’évacuer cette violence, née de la frustration et de la souffrance associées à la fonction cathartique. Le lien avec une sensation de malaise peut se vérifier si la gêne est ressentie par l’auditoire et l’orateur lorsque celui-ci rate un trait d’esprit et ne parvient pas à faire sourire.

Il est empiriquement reconnu que l’humour et son effet direct, le rire, a des effets positifs sur la santé. La science contemporaine a découvert que l’humour et le rire participaient, entre autres, à la décontraction des muscles, à la réduction des hormones de stress, à l’amélioration du système immunitaire, à la réduction de la douleur [14 ].

L’humour est également un outil à part entière de l’ hypnose ericksonienne. Il permet au thérapeute une communication à plusieurs niveaux : au-delà du sens premier perçu consciemment, une seconde possibilité, voire un champ de possibilités peut être perçu inconsciemment [15 ], et donc envisagé. Mettant sur la voie du changement, l’humour génère ainsi du recadrage. Pédagogie [ modifier | modifier le code ]

L’humour peut se révéler être un outil intéressant pour l’enseignement [16 ]. Des études ont montré que l’utilisation de l’humour, accompagné d’ analogies et de métaphores, permet de mieux mémoriser l’information [17 ] , [18 ]. Philosophie [ modifier | modifier le code ]

On ne saurait enfin, bien sûr, passer sous silence son rôle en philosophie, à la fois proche et distinct de celui de l’ ironie. Sans même remonter à Hippocrate et surtout aux cyniques grecs, il faudrait se référer à Soeren Kierkegaard. À sa suite, Henri Bergson et Vladimir Jankelevitch ont critiqué l’esprit de sérieux (mais non le sérieux lui-même) dont se couvrent parfois les penseurs [19 ]. Psychanalyse [ modifier | modifier le code ]

Freud traite le sujet de « l’humour » au cours de son ouvrage sur Le trait d’esprit et sa relation à l’inconscient (1905) dans le cadre théorique de la première topique et dans un bref texte plus tardif intitulé « L’humour » (1927) dans le cadre de la seconde topique. Notes et références [ modifier | modifier le code ]