Marc levy — wikipédia electricity quiz ks3

Son père, Raymond Lévy, connu comme écrivain et résistant, évadé du train de déportés qui les emmenait vers Dachau, est évoqué par Marc Levy dans son ouvrage Les enfants de la liberté. Après guerre, il travaille dans un magasin avant de reprendre les éditions d’art de son beau-père. Sa mère est agente immobilière [2 ].

En 1983, il crée sa première entreprise avec deux associés (Mickael Bendavid et Xavier Poncin), Logitec France [3 ], basée au départ dans les locaux du quai Voltaire à Paris puis à Boulogne-Billancourt (à ne pas confondre avec un certain nombre de sociétés au nom similaire).

En 1988, il ouvre une unité chargée de développer une carte de traitement d’images à Sophia Antipolis avec les ingénieurs de la société américaine Spectrum Holobyte. Le projet échoue, ce qui aboutit en 1989 à la perte de contrôle de la société, qui dépose le bilan quelques mois plus tard.

En 2000, après l’immense succès de son premier roman Et si c’était vrai aux Éditions Robert Laffont, Marc Levy démissionne à 38 ans de son cabinet d’architecture et part habiter à Londres pour se consacrer exclusivement à l’écriture. L’ouvrage est traduit dans une quarantaine de langues, publié dans 32 pays et se vend à cinq millions d’exemplaires, restant classé durant deux ans sur les listes de meilleures ventes. DreamWorks SKG en acquiert les droits d’adaptation cinématographique. Le film, intitulé en langue originale Just Like Heaven, réalisé par Mark Waters, interprété par Reese Witherspoon et Mark Ruffalo, se classe premier du box-office américain lors de sa sortie en 2005.

Marc Levy est le frère de Lorraine Lévy, auteur de théâtre, scénariste, réalisatrice. Il est le cousin de Julie Andrieu, son grand-père maternel ayant épousé en deuxièmes noces la mère de Nicole Courcel [4 ]. Livres [ modifier | modifier le code ]

• Mohammed Aïssaoui écrit dans Le Figaro de l’Étrange Voyage de Monsieur Daldry que c’est « un voyage initiatique, c’est une quête identitaire. Pour ma part c’est l’un de ses meilleurs romans, parce qu’il touche (…) et puis il va très très loin. » [5 ] Dans un autre article, Aïssaoui évoque le style visuel et très « cinématographique » de Marc Levy, lui permettant d’ailleurs d’être facilement courtisé par les producteurs de films car ses romans sont « aisément adaptables » [6 ].

• Pour Anne-Sylvie Sprenger, « Il y a beaucoup de poésie dans «L’étrange voyage de Monsieur Daldry». Beaucoup d’âme. (…) Dans ce roman tendrement drôle, on retrouve les thèmes chers au romancier où se croisent l’amitié et la romance, l’humilité et le courage, l’amour sincère des autres et l’épanouissement personnel. » [7 ]

• Le Temps : du 26 mai 2007 parle d’un « best-seller d’utilité publique. Cette lumière braquée sur la Résistance étrangère en France est une raison de se réjouir du succès des Enfants de la Liberté. » Par ailleurs, dans Le Monde du 4 mai 2007, Josyane Savigneau termine son article en expliquant qu’ « En ces temps de repli identitaire, on peut assurément être heureux qu’un écrivain promis à de gros tirages écrive que le mot étranger est une des plus belles promesses du monde. »

• François Busnel évoque des livres « cousus de fil blanc et écrits avec 150 mots. C’est comme la série Les Feux de l’amour. On connaît déjà la fin, les émotions sont conditionnées et la morale toujours la même : l’amour est plus fort que la mort et nous nous retrouverons… Il n’y a aucune surprise » [12 ]. L’Express décrit les ingrédients du succès de l’écrivain : « l’enfance, l’amour et l’amitié à la sauce mélo » [13 ]. Luc Le Vaillant dans Libération décrit son écriture comme « minimaliste, pour ne pas dire minimale », supportée par une narration « des bons sentiments et des happy-end » [14 ].

• fluctuat.net reproche à Mes amis mes amours son « absence totale de surprise et de densité », le travail de l’écrivain pouvant être vu comme « la ligne claire de l’art populaire, l’œuvre qui refuse de vous rendre plus intelligent mais se met exactement et à tout moment à votre hauteur. Le tout est ordonnancé comme une sublime fabrique industrielle de clichés » [15 ].

• Dans Le Point, Patrick Besson avoue ne rien avoir compris à Sept jours pour une éternité, dont il relève les clichés et les formules toutes faites (une idée qui « traverse » un esprit ; un ciel « sublime » ; « le plus grand des hasards » ; les mots qui n’ont pas un ordre mais un « ordonnancement ») [16 ].

• Le Nouvel Observateur : Grégoire Leménager qualifie Le Premier Jour de « romance sirupeuse écrite au petit bonheur où la « timidité » est forcément « maladive » et où le hasard fait toujours très bien les choses (voir p. 145 : le héros confie à son ami n’avoir jamais oublié une histoire d’amour qu’il a eue quinze ans plus tôt avec une étudiante ; et p. 176 : il la rencontre dans un ascenseur, elle l’embrasse dans la minute) ». Le critique n’y voit qu’un « précis de morale de supérette qui nous enseigne que « l’enfant que l’on a été reste à jamais en soi », que « l’amitié ne se construit pas sans preuves de confiance », qu’« un monde parfait » serait « un monde libre » ». L’histoire, « à dormir debout », est résumée d’une formule lapidaire : « plus débile, tu meurs » [17 ].