Moteur à hydrogène — wikipédia electricity grid code

###########

Le dihydrogène n’est pas une énergie primaire : il n’est pas disponible sous forme brute dans la nature m gasbuddy, c’est un vecteur énergétique qui a besoin d’être produit à partir d’une autre source d’énergie notamment par un système d’ électrolyse. Avec la technologie d’aujourd’hui en 2018, il serait plus polluant d’utiliser massivement des moteurs à hydrogène en remplacement des moteurs à pétrole, si l’on tient compte de l’énergie nécessaire à la production. En effet et à moins d’utiliser l’ énergie géothermique, l’énergie solaire, le nucléaire ou la houille blanche, cette production utilise actuellement du pétrole ou du charbon comme source d’énergie, (exactement comme pour la production de carburants à partir de pétrole) ce qui ne ferait que déplacer le problème de la non-utilisation des énergies fossiles, mais seulement pour la production. [réf. nécessaire].

En outre, le stockage du dihydrogène au sein des véhicules pose un problème : en plus d’être plus explosif que l’essence (sous forme stockée, une explosion ne peut survenir que si de l’oxygène en quantité gas house gorillas est adjoint à l’hydrogène), sous forme de gaz peu comprimé, il prendrait beaucoup trop de place pour être embarqué dans un véhicule ; sous forme de gaz très comprimé, le risque d’auto-allumage augmente fortement [7 ] ; les techniques d’ absorption ne sont pas au point et coûtent encore cher. Elles gas dryer vs electric dryer safety progressent d’année en année mais la masse embarquée d’absorbant (poudres ou pastilles d’alliages métalliques) est encore pénalisante. [réf. nécessaire]

Souvent improprement nommé « moteur à eau », ce moteur est généralement présenté comme moins polluant en termes de gaz à effet de serre qu’un moteur à hydrocarbures puisqu’il ne dégage que de la vapeur d’eau electricity kwh cost uk. Cependant, il faut considérer le processus amont de fabrication de l’hydrogène qui va servir de carburant, qui dégage autant de CO 2 qu’un moteur diesel (100 g de CO 2 par km [9 ]). Un moteur à hydrogène n’est donc moins polluant in fine qu’à la condition que le processus de fabrication de ce gaz et celui du moteur soient eux-mêmes moins polluants. C’est le cas, par exemple, si l’électricité utilisée dans l’électrolyse de l’eau servant à fabriquer l’hydrogène provient d’une source d’énergie non carbonée, comme l’hydraulique, le nucléaire, le géothermique, l’éolien ou le solaire. A cette condition, la fabrication de moteurs à hydrogène pourrait être une option écologiquement satisfaisante [réf. nécessaire].

Les applications peuvent être stationnaires ou embarquées (véhicules). Dans la mesure où l’hydrogène est produit à partir d’une source d’énergie non polluante, ce moteur electricity flow diagram ne génère pas directement de polluants dans le processus de combustion. En théorie et si le dihydrogène est pur, le produit de combustion est constitué exclusivement d’eau.

Le dihydrogène n’est pas une énergie primaire : il n’est pas disponible sous forme electricity nw brute dans la nature, c’est un vecteur énergétique qui a besoin d’être produit à partir d’une autre source d’énergie notamment par un système d’ électrolyse. Avec la technologie d’aujourd’hui en 2018, il serait plus polluant d’utiliser massivement des moteurs à hydrogène en remplacement des moteurs à pétrole, si l’on tient compte de l’énergie nécessaire à la production. En effet et à moins d’utiliser l’ énergie géothermique, l’énergie solaire, le nucléaire ou la houille blanche, cette production utilise actuellement du pétrole ou du charbon comme source d’énergie, (exactement comme pour la production de carburants à partir z gas el salvador empleos de pétrole) ce qui ne ferait que déplacer le problème de la non-utilisation des énergies fossiles, mais seulement pour la production. [réf. nécessaire].

En outre, le stockage du dihydrogène au sein des véhicules pose un problème : en plus d’être plus explosif que l’essence (sous forme stockée, une explosion ne peut survenir que si de l’oxygène en quantité est adjoint à l’hydrogène), sous forme de gaz peu comprimé, il prendrait beaucoup trop de place pour être embarqué dans un véhicule ; sous forme de gaz très comprimé, le risque d’auto-allumage augmente fortement [7 ] ; les techniques d’ absorption ne sont pas au point et coûtent encore cher. Elles progressent d’année electricity production in china en année mais la masse embarquée d’absorbant (poudres ou pastilles d’alliages métalliques) est encore pénalisante. [réf. nécessaire]

Souvent improprement nommé « moteur à eau », ce moteur est généralement présenté comme moins polluant en termes de gaz à effet de serre qu’un moteur à hydrocarbures puisqu’il ne dégage que de la vapeur d’eau. Cependant, il faut considérer le processus amont de fabrication de l’hydrogène qui va servir de carburant, qui dégage autant de CO 2 qu’un moteur diesel (100 g de CO 2 par km [9 ]). Un moteur à hydrogène n’est donc moins polluant in fine qu’à la condition que le processus de fabrication de ce gaz et celui du moteur soient eux-mêmes moins polluants. C’est le cas, par exemple, si l’électricité utilisée dans l’électrolyse de l’eau i feel electricity in my body servant à fabriquer l’hydrogène provient d’une source d’énergie non carbonée, comme l’hydraulique n gas in paris lyrics, le nucléaire, le géothermique, l’éolien ou le solaire. A cette condition, la fabrication de moteurs à hydrogène pourrait être une option écologiquement satisfaisante [réf. nécessaire].

Les applications peuvent être stationnaires ou embarquées (véhicules). Dans la mesure où l’hydrogène est produit à partir d’une source d’énergie non polluante, ce moteur ne génère pas directement de polluants dans le processus de combustion. En théorie et si le dihydrogène est pur, le produit de combustion est constitué exclusivement d’eau.