Navigateur web — wikipédia gsa 2016 calendar

###

Le premier navigateur s’appelle WorldWideWeb. Il est développé par l’inventeur du Web, Tim Berners-Lee, en octobre-novembre 1990. C’est un navigateur en mode graphique. Ce premier navigateur était en plus un éditeur HTML, ce qui n’est pas commun. La rapidité de développement a été rendue possible par l’ordinateur choisi pour ce projet, un NeXT. Toutefois, le choix de cet ordinateur rare a sévèrement limité la diffusion du navigateur. Plus tard, le navigateur est renommé Nexus pour éviter la confusion avec le World Wide Web.

En 1993, apparaît NCSA Mosaic. Ce navigateur disponible sur de nombreux systèmes provoqua l’accélération fulgurante et exponentielle du Web. Il est le premier navigateur à afficher les images ( GIF et XBM) dans les pages web elles-mêmes, puis à supporter les formulaires interactifs dans les pages.

À partir de 2000, et après plusieurs années de « guerre des navigateurs » (voir Évolution de l’usage des navigateurs web), c’est Internet Explorer qui devint le navigateur le plus utilisé. La raison en est principalement sa pré-installation au sein de Microsoft Windows, le système d’exploitation le plus utilisé sur les ordinateurs personnels à cette époque.

Devant le développement croissant des smartphones et tablettes numériques, plusieurs concepteurs de navigateurs sortent des versions mobiles ; Le navigateur Firefox Mobile (nom de code Fennec) est la version mobile de Firefox, Opera Mobile pour Opera, Internet Explorer Mobile la version mobile d’IE, etc. Des éditeurs proposent des navigateurs uniquement pour mobiles : UC Browser, Dolphin Browser, etc.

Un navigateur web est composé de divers modules logiciels permettant de communiquer suivant des standards des réseaux, d’un moteur de rendu des standards du Web, d’une interface utilisateur adaptée au système d’exploitation qui l’accueille et accessoirement d’un gestionnaire d’extensions appelées plugins. Interface utilisateur [ modifier | modifier le code ]

Pour la grande majorité des navigateurs sur le marché, l’interface utilisateur est composée d’une zone d’affichage éventuellement gérée sous forme d’onglets, d’une barre de menus déroulants, d’une barre d’outils, d’une barre d’état et surtout d’une barre d’adresse, parfois fusionnée, comme dans le cas de Chrome et de Chromium avec la barre de recherche. Selon les navigateurs il est possible de réorganiser et d’afficher ou non ces différentes barres.

La fonction principale d’un navigateur web est de permettre la consultation d’informations disponibles (« ressource » dans la terminologie du Web) sur le World Wide Web. Les principales étapes de la consultation d’une ressource sont les suivantes :

Les navigateurs pouvant difficilement gérer l’ensemble des formats de données existants et futurs, les éditeurs de navigateurs ont été amenés à développer un mécanisme de modules d’extension qui prennent le nom de plugins, ou de contrôles ActiveX pour Internet Explorer.

Ceux-ci permettent d’afficher directement dans la fenêtre du navigateur des données de formats très différents allant de documents PDF à du contenu multimédia. Ce mécanisme permet également d’utiliser des langages de programmation côté client comme les animations Flash, les applets Java ou la technologie Silverlight. La large diffusion d’un plugin étant nécessaire pour qu’un format de données ait une chance de s’imposer sur le Web, on en trouvera bien souvent en libre téléchargement sur les sites de sociétés éditrices de logiciels permettant de créer un type de contenu particulier. Protocoles [ modifier | modifier le code ]

Le protocole HTTP n’est pas le seul qu’un navigateur web puisse utiliser. Il peut gérer aussi les transferts de fichiers à l’aide de FTP ou WebDAV, et établir des connexions sécurisées en utilisant HTTPS (HTTP sur SSL). Certains navigateurs (comme Firefox) supportent le protocole Gopher qui précéda de peu HTTP et devenu confidentiel aujourd’hui. Ces protocoles de communication sont généralement standardisés par l’ IETF. Vulnérabilités [ modifier | modifier le code ]