Nighthawks — wikipédia z gas cd juarez telefono

#######

Edward Hopper est un peintre réaliste et naturaliste américain ayant pour sujets la solitude et l’ aliénation electricity jokes riddles de l’individu dans la société américaine. Inspiré de l’art impressionniste au début de sa carrière, à la suite de voyages à Paris, il commence à vivre de sa peinture dans les années 1920, avec ses œuvres très sobres mettant en scène des personnages solitaires dans des décors urbains ou au milieu de la nature. Sa vision réaliste de l’environnement de son pays dans des cadrages inhabituels lui fait rencontrer le succès year 6 electricity assessment de son vivant, et dès 1923, il vend le tableau the Mansard gas national average 2013 Roof au Brooklyn Museum [2 ], une exposition le consacre l’année suivante, et en 1925 House by the Railroad est acheté par le MoMA [3 ]. Dans les années 1940, l’ expressionnisme abstrait domine les États-Unis : Pollock, De Kooning, Rothko… : Nighthawks arrive à cette période-là world j gastrointest surg impact factor.

Nighthawks est un tableau de 1942, dont la gravure de 1921 intitulée Ombres de la nuit ou Ombres nocturnes mais aussi « étrange atmosphère » dans le dialecte américain d’Edward Hopper, ainsi que la peinture Drug Store de 1927 semblent marquer les prémices [2 ]. Le titre est parfois traduit en français youtube gas station karaoke sous le titre Noctambules, mais plus souvent Les Rôdeurs de nuit [2 ] , [4 ] ou Oiseaux de nuit [5 ], de l’anglais « hawks » qui signifie littéralement « faucon » mais aussi gaston yla agrupacion santa fe « homme rapace qui fond sur sa proie » en argot [4 ]. Si le mot « rôdeurs » peut donner un sens sinistre au tableau par sa connotation à l’oiseau chasseur, la traduction par « oiseaux » reste éloignée de la réalité supposée du tableau [4 ].

Ce tableau montre un instantané de quatre personnes assises dans un diner (restaurant typique américain gas x user reviews) de centre-ville, tard dans la nuit. L’atmosphère sous un angle et un éclairage si particulier, semble tendue, dramatique [4 ] et figée [2 ]. Un homme de dos mange, seul. Un couple, dont l’homme electricity in costa rica current et la femme habillée en rouge se touchent presque la main mais ne se parlent pas, est assis à proximité [4 ]. Le serveur parait discuter. On aperçoit la vitrine sombre du magasin d’en face [5 ]. L’absence de la porte de sortie du bar rend les personnages enfermés comme dans une cage ou un aquarium [2 ].

Ce tableau contient les thèmes principaux de l’artiste : l’amour, la solitude, la mort [4 ]. La structure angulaire [2 ], la vision par ou à travers la fenêtre, l’ennui h gas l gas des personnages, mais également les restaurants, seront des approches plusieurs fois exploitées par Hopper, même si les œuvres de nuit sont moins courantes dans sa peinture [N 1 ], contrairement aux couchers electricity and magnetism study guide de soleil ou levers du jour. Dans ce tableau, la vue du spectateur à travers la vitre se fait de l’extérieur vers l’intérieur, et non pas l’inverse comme le peintre en avait l’habitude. La solitude ou l’isolement des personnages est renforcé par v lab electricity cette vision avec la vitre qui vient entourer la scène éclairée ; cet angle de vue sera repris par le peintre en 1962 dans New York Office [5 ].

Selon plusieurs avis [2 ] , [4 ] , [6 ], le tableau aurait été inspiré à Hopper par une nouvelle d’ Hemingway publiée en 1927 et intitulée Les Tueurs, dans laquelle deux tueurs wikipedia electricity generation attendent en vain leur victime dans un bar [N 2 ]. Cette nouvelle est publiée à l’époque par k electric jobs 2016 la revue Scribner’s Magazine pour laquelle Edward Hopper travaillait en tant qu’illustrateur [5 ].

C’est non seulement le plus célèbre tableau de Hopper, mais également l’un des plus marquants de l’art américain où la place de ce peintre est prépondérante. « Quatre-vingt-dix pour cent des artistes sont oubliés dix minutes après leur electricity formulas grade 9 mort [2 ] », disait Edward Hopper. Cette peinture fait actuellement partie de la collection de l’ Institut d’art de Chicago.