Pourcentage — wikipédia wd gaster cosplay tutorial

########

En économie et dans les taux d’intérêts, l’étude porte sur des variations en pourcentage, des augmentations ou des réductions. On peut tout à fait 2 chainz smoking on that gas décomposer le calcul en deux temps : calcul de l’augmentation ou de la réduction, puis calcul de la valeur finale en effectuant une addition ou une soustraction. Mais il est préférable de voir ces augmentations ou ces réductions comme issues de l’application d’un coefficient multiplicateur. Seul cet aspect des choses permet de retrouver efficacement une valeur de référence ou d’appliquer des augmentations successives.

Si un prix par exemple a été multiplié par un coefficient C ceci correspond à une augmentation de p % telle que 1 + p 100 = C {\displaystyle 1+{\dfrac {p}{100}}=C} . Soit p = 100 × ( C − 1 ) {\displaystyle p=100\times (C-1)} . De telle sorte que si un prix a été multiplié par 8 en 10 ans cela correspond à une augmentation de p = 100 × ( 8 − 1 ) {\displaystyle p=100\times (8-1)} , soit une augmentation de 700 % en 10 ans et non pas 800 % comme on pourrait le croire. De même electricity in india first time un prix multiplié par 2 correspond à une hausse de 100 %.

Pour une baisse, si un prix a été divisé par un coefficient D ceci correspond à une baisse de p % telle que 1 − p 100 = 1 D {\displaystyle 1-{\dfrac {p}{100}}={\dfrac {1}{D}}} , soit encore p 100 = D − 1 D {\displaystyle {\dfrac {p}{100}}={\dfrac {D-1}{D}}} , d’où p = 100 × D − 1 D {\displaystyle p=100\times {\dfrac {D-1}{D}}} . Ainsi, si un prix a été divisé par 2 cela correspond à une baisse de p = 100 × 2 − 1 2 = 100 × 1 2 {\displaystyle p=100\times {\dfrac {2-1}{2}}=100 gas stations in texas\times {\dfrac {1}{2}}} , soit une baisse de 50 %. Pour un prix divisé par 4 la baisse est de p = 100 × 4 − 1 4 = 100 × 3 4 {\displaystyle p=100\times {\dfrac {4-1}{4}}=100\times {\dfrac {3}{4}}} , soit une baisse de 75 %.

Pour reprendre l’exemple ci-dessus : dans cette assemblée, il y a 36 % de femmes et 25 % de ces femmes sont âgées de plus de 50 ans. Ajoutons maintenant que 50 % de ces femmes âgées de plus de 50 ans sont des femmes nord-américaines. On se retrouve ici avec une multiplication impliquant trois nombres : 25 % × 36 % × 50 % = {\displaystyle 25\%\times 36\%\times 50\%=} …? En fraction cela donne donc : 25 100 × 36 100 × 50 100 = {\displaystyle {\dfrac {25}{100}}\times {\dfrac {36}{100}}\times {\dfrac {50}{100}}=} ? Ce qui, ramené en notation décimale, donne: 0.25 × 0.36 × 0.5 = 0.045 {\displaystyle 0.25\times 0.36\times 0.5=0.045} . Il suffit alors de multiplier le résultat par 100 pour obtenir la réponse : 4,5 % ce qui s’exprime de la façon suivante dans electricity word search notre exemple. 4,5 % des personnes de cette assemblée sont des femmes nord-américaines âgées de plus de 50 ans.

On pourrait ajouter par exemple que 45 % de ces femmes nord-américaines de plus de 50 ans de cette assemblée sont divorcées. La procédure reste inchangée: 0.25 × 0.36 × 0.5 × 0.45 = 0.02025 {\displaystyle 0.25\times 0.36\times 0.5\times 0.45=0.02025} . Comme 0.02025 × 100 = 2.025 {\displaystyle 0.02025\times 100=2.025} , on peut dire, en laissant de côté ici les trois dernières décimales, que, dans l’assemblée étudiée, il y a 2 % de femmes divorcées, nord-américaines et âgées de plus de 50 ans.

Puisque la multiplication est, ici aussi, commutative, l’ordre des nombres à multiplier peut être power outage houston txu interverti conduisant évidemment au même résultat, il n’en est pas de même pour les énoncés verbaux. Pour reprendre à nouveau l’exemple utilisé: dire que 36 % des personnes de cette assemblée sont des femmes et que 25 % de ces femmes sont âgées de plus 50 ans n’est pas équivalent à dire que 25 % des personnes de cette assemblée sont des femmes et que 36 % de ces femmes sont âgées de plus 50 ans. Dans les deux cas, on aboutit bien à un pourcentage de 9 % mais la composition des personnes de l’assemblée diffère et ce, même si l’énoncé final est le même, à savoir que 9 % des personnes de cette assemblée sont des femmes âgées de plus de 50 ans. Ce qui peut paraître contre-intuitif. Il y a pourtant bien deux façons différentes d’aboutir à ce résultat. En fait, il y en a bien plus. Toutes les compostions possibles dont la multiplication des deux pourcentages donne 9 % comme résultat.

En statistique, la population étudiée est découpée en classe d’individus vérifiant le même critère (même nombre d’enfants, même préférence politique, même tranche de revenu…). Lorsque la taille de la population electricity word search printable est trop grande, ou lorsqu’on veut comparer deux populations, travailler sur les effectifs des classes rend l’interprétation des résultats parfois difficile. Se ramener alors à une population de 100, revient à présenter la répartition sous forme de pourcentages. On parle alors de fréquences.

En économie, un indice est la valeur d’une grandeur économique par rapport à une valeur de référence. Par exemple, si, en 2004, le prix moyen des appartements au mètre carré dans une ville a augmenté de 22 % par rapport à l’année 2000, servant de référence (indice 100 electricity was invented), on dira que l’indice du prix moyen des appartements est de 122 en 2004. L’indice est donc une présentation particulière d’un pourcentage.

Les panneaux routiers indiquent les pentes des routes en pourcentage. Une pente de 10 % signifie qu’à un déplacement horizontal de 100 m, correspond un déplacement vertical de 10 m. La pente correspond alors à la tangente de l’ angle d’inclinaison de la route. Par conséquent, l’ arc tangente du pourcentage donne le degré d’inclinaison de la pente.

En métrologie, les mesures ne peuvent pas être connues avec une précision absolue. Les calculs d’erreur ou les calculs d’incertitude sont souvent présentés en pourcentage. Quand on dit que le poids d’une conserve est connu à 5 % près, cela signifie que, si le poids de la conserve est supposé frictional electricity examples valoir 500 grammes, il peut se glisser une erreur de 25 grammes en excès ou défaut.

Un mauvais choix ou une mauvaise identification de l’univers de référence amène le lecteur à une mauvaise interprétation du pourcentage. Sylviane Gasquet cite l’exemple du redoublement dans une classe. Dans l’expression, il y a 50 % de redoublement dans cette école, l’univers de référence a disparu. Il serait préférable de dire « 50 % des élèves sont amenés à redoubler », étant donné qu’attendu que la moitié de l’effectif étant déjà formée de redoublants qui, on l’espère ne vont pas tripler, c’est que 100 % des non-redoublants sont condamnés à redoubler.

Quand une population partielle est passée de 10 % à 12 %, il est délicat de parler de l’augmentation. Une erreur fréquente est de dire que la population a augmenté de 2 %. En effet, en supposant que la population de référence soit de 100 individus et ne change pas entre la première et la seconde electricity outage compensation mesure (ce qui est rarement le cas), la population partielle passerait de 10 individus à 12 individus, soit une multiplication par 1,2 c’est-à-dire une augmentation de 20 %. Or pourtant, il est utile de chiffrer cette variation : premier pourcentage 10 %, second 12 %. On parle alors d’une augmentation de 2 points.

Lors npower electricity meter reading de hausses et de baisses successives, la tentation est grande d’ajouter et soustraire les pourcentages d’augmentation, comme de penser qu’une augmentation de 10 % suivie d’une baisse de 10 % ramène à la valeur initiale. Pourtant ces pourcentages ne correspondent pas à la même population de référence. En reprenant la technique du coefficient multiplicatif et l’appliquant à une quantité Q on s’aperçoit que les 10 % d’augmentation reviennent à multiplier la quantité Q par 1,1 et que la réduction, s’appliquant à 1 , 1 × Q , {\displaystyle 1,1\times Q,} revient à multiplier cette quantité par 0,9.