Promenade du peyrou — wikipédia f gas regulations r22

###########

La promenade du Peyrou, également appelée place royale du Peyrou, est une esplanade de 4,59 ha [1 ] située à l’ouest du quartier de l’ Écusson dans year 6 electricity unit la ville de Montpellier ( Hérault), en bordure de l’ancienne enceinte « commune-clôture ». Cet ensemble, classé parmi les monuments historiques, représente une conjonction de cinq œuvres : la promenade et ses terrasses permettant de contempler les Cévennes et les Pyrénées qui a été aménagée en 1689, la porte du Peyrou ou l’ Arc de Triomphe avec son pont et ses rampes d’accès, réalisés en 1691, la statue équestre de Louis XIV érigée en 1718, l’aqueduc Saint-Clément et son réservoir construit à partir 1753, le château d’eau dont le projet fut retenu en 1766, les statues enfant et lion d’ Injalbert et les grilles des entrées en 1883 [2 ]. Plus tard, en 1927, la construction d’un cadran solaire analemmatique, réalisé à l’initiative electricity 1800s du P r Pierre Humbert et en 1939, la prise de la photo symbolique du résistant Jean Moulin. D’importants travaux de rénovation ont été effectués depuis les années 1980 pour préserver les lieux.

Le sol ayant été aplani par la présence de l’armée royale, les commerçants l’ont transformé en espace de foires et de marchés lui donnant le nom de « Mont de l’Échine » tant il était dur ( s’échiner), côté ouest, d’en gravir la pente pour y accéder. Au nord-ouest de l’aménagement actuel, était installé une aire de dépiquage pour battre le blé avec l’aide du vent qui vannait l’écorce du grain [10 ].

L’aménagement du promontoire est confié au jeune architecte d’ Aviler [15 ] ou Daviler, élève de Jules Hardouin-Mansart qui est le premier architecte du Roi f gas regulations ireland. La promenade est aménagée sur une seule terrasse [12 ] d’une longueur de 286,60 mètres (140 cannes) pour une largeur de 75,53 mètres (38 cannes), représentant une surface de 2,16 ha [1 ]. L’ensemble est soutenu par de fortes murailles en pierres en remplacement des palissades de bois. Après l’installation de quelques bancs de pierres et d’espaces verts, l’inauguration est faite le 30 juillet 1690 où les membres du consulat font graver sur une plaque de marbre en lettres d’or, l’inscription : « ANNO MDCXXXX, AD CIVIUM DELICIAS, URBISQUE ORNAMENTUM HOC PUBLICUM OPUS FELICITER CONFECTUM EST REGNANTE LUDOVICO MAGNO CONSULIBUS NOBILI VIRO : De Capon du Bosc, Mazade, Germain, Castel, Dumas et Tourlet. » traduit par « L’an 1690, ce monument public a été achevé avec bonheur, pour le charme des habitants et le prestige gas jobs pittsburgh de la ville, Louis XIV régnant, étant consuls des hommes estimables. » [16 ].

Elle représente 152 années d’histoire sur la promenade entre la commande de la première statue le 31 octobre 1685 [17 ] et l’inauguration de la seconde œuvre en toute discrétion, le 29 août electricity orlando 1838, au lendemain de la révolution des Trois Glorieuses [18 ]. Sur la base des dessins créés par le Premier architecte du Roi Jules Hardouin-Mansart, la première statue est réalisée par les sculpteurs Pierre Mazeline et Simon Hurtrelle. La seconde, moins imposante et détaillée, est réalisée par Jean-Baptiste Joseph Debay et Auguste-Jean-Marie Carbonneaux.

La perspective est marquée au centre de l’esplanade par la statue équestre du roi Louis XIV. Il est représenté avec le bras tendu vers l’Espagne, évoquant son acceptation officielle du testament de Charles II d’Espagne et la fameuse phrase « Il n’y a plus de Pyrénées » qui lui a été attribuée à cette occasion. Toutefois, en observant l’orientation de la statue, on remarque qu’il a le bras tendu vers l’Italie.

• Son château d’eau monumental ( monument historique) fut construit en 1768, afin de distribuer l’eau potable issue de la source du Lez, de forme hexagonale, orné de colonnes corinthiennes. Il est alimenté par l’ aqueduc Saint-Clément réalisé par Henri Pitot, long de 14 kilomètres qui se termine par les « arceaux » de 21,5 m de haut, à double rangée npower gas price per unit d’arcades superposées.

L’historien moderniste Emmanuel Le Roy Ladurie compte la promenade du Peyrou, aux côtés de la cathédrale Saint-Pierre, de la place de la Canourgue et du Plan-de-l’Olivier, comme un des « quatre sanctuaires de la Pureté Montpelliéraine », c’est-à-dire « les lieux où les Montpelliérains trouvaient, et trouvent encore, la spiritualité d’une ville qui en déborde » [19 ]. En effet, son architecture de style antique, rappelant celle d’un ancien temple, en fait l’un des monuments majeurs de la ville gas arkansas.

L’aqueduc des Arceaux et le réservoir des Arcades sont inscrits au titre des monuments historiques par arrêté du 9 mars 1954 tandis que l’arc de triomphe, la promenade, les grilles d’entrée, les rampes et les murs de soutènement, le château d’eau, son bassin et les escaliers qui l’encadrent, le pont qui relie le château d’eau à l’aqueduc des Arceaux sont classés aux monuments historiques par arrêté du 18 août 1954 [15 ].