Propane — wikipédia electricity production in india

####

• (depuis peu) en alternative ou complément à la fracturation hydraulique pour la fracturation et la stimulation de roches-réservoir afin d’en extraire du gaz naturel ( gaz de schiste) selon une méthode développée par GasFrac [18 ], une petite compagnie gazière basée à Calgary ( Alberta), spécialisée dans la fracturation hydraulique, qui cherchait une solution aussi efficace, mais moins consommatrice d’eau [19 ]. Le propane (on utilise aussi parfois de l’azote, ou un mélange de gaz) s’insinue mieux et plus loin dans les microfissures de la roche, et en ressort plus facilement que l’eau. C’est cependant un fluide beaucoup plus dangereux à manipuler que l’eau.

Une oxydation catalytique est possible en utilisant du platine ou du palladium comme catalyseurs [20 ]. Parce que le propane est une matière première bon marché et abondante, son oxydation sélective en monomères ( propylène [21 ] , [22 ] , [23 ] , [24 ], acide acrylique [25 ] , [26 ] , [27 ] , [28 ]) est étudiée intensivement. Propriétés physico-chimiques [ modifier | modifier le code ]

Le propane est un gaz plus dense que l’air (1,5 fois) dans les conditions normales de température et de pression, il forme donc des poches au sol dans une pièce remplie d’air. Il se décompose à partir d’une température supérieure à 780– 800 °C [5 ].

La combustion du propane est plus propre que celle de l’essence (grâce à son rapport H/C avantageux), mais significativement plus polluante que celle du méthane ou de l’ hydrogène. La présence de liaisons C-C crée des résidus organiques en plus de la vapeur d’eau et du dioxyde de carbone. Ces produits rendent la flamme visible. Production et synthèse [ modifier | modifier le code ]

Le propane est principalement issu de la purification du gaz naturel ou de la séparation des gaz de pétrole liquéfiés (propane et butane) provenant de la distillation du pétrole brut [29 ] , [17 ]. Effets sur le climat [ modifier | modifier le code ]

C’est la version "verte" du propane ; annoncé en France fin mars 2018 par Primagaz comme combustible domestique, industriel ou carburant-véhicule. C’est en réalité un "Biogaz issu de la biomasse" produit dans ce cas à partir de 68% de déchets industriels (huiles de cuisson, résidus de graisse animale (provenant principalement d’Asie, mais aussi d’Europe et de France)» et huiles végétales (colza et huile de palme qui constituent les 32% restants du mélange) [16 ].

Selon les analyses de cycle de vie commandée par Primagaz (évaluée durant un an avec l’ADEME) « Le biopropane émet 60 grammes de CO2 équivalent/kWh, soit environ 78% de moins que les énergies fossiles de référence (…) 36 grammes de CO2 eq/kWh sont dus à l’approvisionnement en biomasse, 22 grammes à la fabrication, 0,5 gramme au transport maritime et 1,5 gramme à la distribution (…) le fioul émet cinq fois plus de CO2 équivalent » que le biopropane, faisant de ce dernier « le combustible le moins émissif du marché (…) Le biopropane de Primagaz est produit à Rotterdam en Hollande, par Neste, avec qui SHV Energy a conclu un partenariat d’exclusivité portant sur la production de 40.000 tonnes de bioprprane par an dès 2018 » [16 ]. La moitié des projets de construction de maisons individuelles desservies par Primagaz le seront en biopropane dès 2019 selon Primagaz de même probablement que certains éco-quartiers habitats sociaux en projet. Tout le territoire y aura potentiellement accès dont les 27.000 communes non desservies par le réseau gazier. Et une bouteille de gaz biopropane est prévue avant la fin 2018.