Radiotélescope sphérique de cinq cents mètres d’ouverture — wikipédia 850 gas block

###

FAST est à l’origine la contribution chinoise au projet du radiotélescope interférométrique Square Kilometre Array (SKA) (à l’époque dénommé Large Telescope ou LT) proposé par des astronomes de 10 pays dont la Chine au cours de l’assemblée générale de l’ Union radio-scientifique internationale de 1993. Le projet chinois FAST est proposé en 1994. Le projet prévoit la réalisation de ce radiotélescope dans une cuvette karstique de la province de Guizhou. Une conférence internationale qui se tient à Pékin en mars 2006 valide le projet sur le plan scientifique et technologique. Le budget alloué au projet, 700 millions de yuans, est débloqué par la Commission du développement national et de la réforme (en) chinoise en juillet 2007 et les travaux débutent sur le site fin 2008. La durée de la construction est estimée à l’époque à 5,5 années et la mise en service est planifiée en 2016 [2 ]. La construction débute en mars 2011 [3 ] , [4 ]. Le chantier s’achève le 3 juillet 2016 [5 ] , [6 ] , [3 ]. Le coût final est de 1,2 milliard de yuans (165 millions d’euros) [6 ]. Le directeur scientifique du projet est Nan Rendong (en), chercheur aux Observatoires astronomiques nationaux (en) de l’ Académie chinoise des sciences. Son inauguration et sa mise en service ont lieu le 25 septembre 2016 [7 ]. Fin avril 2018, l’instrument est toujours en phase de recette. Il le restera jusqu’à ce que ses performances atteignent les valeurs prévues. Il deviendra alors un instrument de recherche national [8 ]. Site [ modifier | modifier le code ]

FAST est construit près du village de Dawodang à 170 km par la route de Guiyang, capitale de la province de Guizhou située dans le sud-ouest de la Chine. La région, montagneuse avec une altitude moyenne de 1 000 mètres, est restée longtemps pauvre et mal reliée au reste du pays. Le radiotélescope occupe une cuvette karstique d’un diamètre de 800 mètres dont le sol assure un drainage naturel. Le site a été choisi parce que la géométrie de la vallée est proche de la forme nécessaire pour y installer le réflecteur et devait permettre de réduire le volume des terrassements à 1 millions de m³. Parmi les autres avantages du site figuraient la latitude relativement basse (26° Nord), le climat doux (température moyenne 15 °C, quelques jours de gel et de neige par an) permettant de limiter les coûts de maintenance, l’absence d’inondations et une sismicité réduite d’après l’historique disponible.

D’autre part, la densité de peuplement réduite des environs limite les interférences radio [9 ], cependant, environ 9 000 personnes habitant dans un rayon de cinq kilomètres autour du site ont été déplacées en 2016 [10 ]. Les déplacés reçoivent 12 000 yuans (environ 1 650 euros) de dédommagement [11 ]. Caractéristiques techniques [ modifier | modifier le code ]

Le réflecteur est formé par 4 450 panneaux triangulaires constitué d’une armature métallique recouverte d’un revêtement en aluminium jouant le rôle de surface réfléchissante. Les panneaux sont fixés à un réseau de câbles se croisant de manière orthogonale et suspendus à un anneau de 500 mètres de diamètre. Les nœuds du réseau de câbles se trouvent aux intersections des panneaux. Ceux ci sont fixés au sommet d’une pièce métallique tenue par ailleurs par 6 câbles du réseau et reliée au sol par un septième câble vertical dont la tension est ajustable. Ce dernier dispositif permet d’adapter la forme du réflecteur. Celui-ci a un diamètre efficace de 300 mètres [12 ] , [13 ]. La superficie du réflecteur atteint environ 196 000 mètres carrés. Cabine focale [ modifier | modifier le code ]

Le réflecteur renvoie le rayonnement électromagnétique vers la cabine focale sur laquelle sont fixées les antennes qui collectent le rayonnement électromagnétique. Celle-ci est suspendue au-dessus du réflecteur à l’aide de 6 câbles dont la longueur atteint environ 1 kilomètre. Ceux-ci passent par des poulies situées au sommet de tours métalliques dominant le radiotélescope d’une centaine de mètres et situés à la périphérie de celui-ci et sont ancrés au sol par l’intermédiaire de cabestans qui permettent d’effectuer un premier positionnement. La cabine focale d’un diamètre d’environ 10 mètres comprend une partie articulée qui permet de positionner les antennes avec une précision de 10 millimètres et de modifier l’orientation de celles-ci [14 ]. Performances [ modifier | modifier le code ]

FAST est le deuxième plus grand radiotélescope au monde après le RATAN-600 en Russie et le plus grand radiotélescope à un seul appareil, avec une sensibilité égale à environ trois fois celle du radiotélescope d’Arecibo [15 ]FAST permet d’observer les fréquences radio comprises entre 70 MHz et 3 GHz. Il est prévu de faire passer la borne supérieure à 8 GHz. Le réflecteur fixe a une ouverture de 500 mètres et un rayon d’environ 300 mètres. Le réflecteur mobile donne une latitude de pointage par rapport au zénith de +/- 40° ce qui permet de suivre l’objet observé durant 4 à 6 heures. La modification du pointage est effectuée en moins de 10 minutes et sa précision est de 8 secondes d’arc. Les autres paramètres sont [16 ] :

À la date de mise en service du radiotélescope, celui-ci dispose de 9 antennes couvrant la plage de fréquences comprise entre 70 MHz et 3 GHz. Ces équipements ont été construits avec la coopération d’autres pays [17 ]. Principales caractéristiques des antennes [17 ] Identifiant