Sarin — wikipédia electricity and circuits class 6 ppt

####

Le sarin fut découvert en 1939 à Wuppertal- Elberfeld dans la vallée de la Ruhr en Allemagne, dans les laboratoires de l’ IG Farben, par trois chercheurs allemands à la recherche de meilleurs pesticides. Le composé reçoit son nom d’après ses inventeurs : Gerhard Schrader, Ambros, Rüdiger et Van der L INde. Caractéristiques chimiques [ modifier | modifier le code ]

À température ambiante, le sarin est incolore, inodore et liquide. Il s’évapore rapidement sous la forme d’un nuage incolore et inodore également. Sa volatilité permet de s’avancer sans risque sur un terrain touché par ce produit de quelques minutes à quelques heures plus tard (selon la météorologie).

Le sarin a une durée de vie relativement longue quand il est conservé dans de bonnes conditions, mais il se dégrade en quelques semaines à quelques mois dans l’environnement, non sans conséquences pour les animaux qui entreraient en contact avec lui. Il pourrait persister plus longtemps dans les sols et sédiments en l’absence d’oxygène et de lumière, et certains de ses sous-produits ou métabolites peuvent être toxiques. D’après la CIA [3 ], en 1989, le gouvernement irakien aurait détruit au moins 40 tonnes de sarin dégradé. Effets biologiques [ modifier | modifier le code ]

C’est un organophosphoré très puissant, qui inhibe l’ acétylcholinestérase en formant un lien covalent avec le site actif de l’ enzyme, qui devrait normalement effectuer l’ hydrolyse de l’ acétylcholine. Cela a pour effet de permettre à l’ acétylcholine de prolonger son activité puisqu’elle n’est plus éliminée, ce qui aboutit à une paralysie complète et très rapide.

Une tonne de sarin ferait entre 300 et 700 morts par kilomètre carré à supposer une densité de 3 000-10 000 pers/km 2 s’il est vaporisé par un avion en jour clair, ensoleillé, avec un vent modéré, 400 à 800 pour une nuit claire avec un vent modéré, 3 000 à 8 000 de nuit et dans des conditions de température et de vent favorables à son action toxique. La létalité de ce gaz dans d’autres conditions est de 7 à 8 % par km² [5 ]. Traitement [ modifier | modifier le code ]

Un empoisonnement au sarin doit être traité rapidement par de l’ atropine ou des antagonistes de l’ acétylcholine ainsi qu’un inhibiteur des organophosphorés, comme le pralidoxime. Une thérapie anticonvulsive à base de benzodiazépines est également utilisée.

Plusieurs armées de par le monde ont mis à la disposition de leurs soldats des seringues auto-injectables à 3 compartiments pré-chargées contenant successivement de l’atropine, la pralidoxime et le diazépam. Les soldats peuvent faire l’injection à travers leur tenue de combat. Utilisations [ modifier | modifier le code ]

• 2013 : au cours d’un reportage clandestin sur le conflit syrien, des journalistes du journal Le Monde ont ramené des échantillons de sang, d’urine et de cheveux prélevés dans la région de Jobar [9 ]. Ces échantillons, une fois analysés en France par le Centre d’études du Bouchet, ont permis au gouvernement français d’établir l’existence de 13 victimes du gaz sarin [10 ], ce que confirmera le Royaume-Uni [11 ]. La Russie, de son côté, doute de l’utilisation d’armes chimiques par le gouvernement [12 ] et affirme, sur la base d’échantillons prélevés par des experts à Khan al-Assal, détenir la preuve de leur utilisation par les rebelles, qui auraient fait 26 morts le 19 mars [13 ]. Alors qu’une mission d’observation de l’ONU est présente sur le territoire syrien depuis 4 jours, les rebelles annoncent le 21 août la survenue d’une nouvelle attaque au gaz sarin au cours d’un bombardement sur la banlieue Est de Damas et avancent un nombre de morts total compris entre 100 et 1300 lors de ce massacre de Damas [14 ]. Le conseil de sécurité de l’ONU a déclaré vouloir faire la lumière sur ces accusations [15 ]. En décembre 2015, un membre du parti d’opposition CHP turc accuse son gouvernement de ne pas avoir limité l’acheminement du gaz sarin produit en Turquie, jusqu’aux mains des groupes armés de l’ État islamique (alors appelé ISIS) [16 ]

• 2017 : le massacre de Khan Cheikhoun du 4 avril commis au cours de la guerre civile Syrienne et ayant causé la mort de plus de 80 personnes. L’ OIAC annonce que les examens effectués concluent à l’utilisation de Sarin ou de d’agent de type Sarin [17 ]. La responsabilité semble être imputable au régime de Bachar al-Assad.