Sélection scientifique de la semaine (numéro 300) passeur de sciences gasco abu dhabi location

##########

voir le temps incroyable que pesquet, notre « héros national », a passé à prendre des photos – certes très belles – et à en discuter sur les réseaux sociaux ( http://www.lefigaro.fr/sciences/2017/07/13/01008-20170713ARTFIG00031-thomas-pesquet-star-des-reseaux-parmi-les-etoiles.php). pesquet a aussi choisit de partager la musique qu’il écoute lors de ses diverses «activités» (playlist complète de pesquet : http://www.deezer.com/fr/playlist/2426926302?utm_source=deezer&utm_content=playlist-2426926302&utm_term=4800130_1479383203&utm_medium=web). il a aussi participé au tournage d’un clip du musicien yuksek lors de son séjour dans l’espace ( https://www.youtube.com/watch?v=7Q4eQuTf5q4). il s’est transformé à plusieurs reprises en vidéaste, le temps de réaliser un «mannequin challenge» en apesanteur ( https://www.youtube.com/watch?v=ZbDU8SXmlvI) qui fera le tour du monde (l’un de ses messages les plus partagés).

j’ai commencé mes travaux de recherche en biologie en 1985. j’ai été docteur en sciences, habilité à diriger les recherches, et suis depuis plus d’une quinzaine d’années professeur d’université. tout cela m’a forcé à suivre quasi quotidienne la littérature scientifique internationale. et je peux assurer que depuis plus de trente ans, je n’ai JAMAIS vu un seul article relatant un apport, quel qu’il soit, de la recherche spatiale pour la santé humaine. pourtant l’ISS (par exemple) a coûté ~120 milliards de dollars. un article dans «le monde» (9-7-2017) mentionnait le prix d’un wc: 1,9 millions de dollars. prix total de l’ISS : 230.000 euros le kilo, soit six fois le prix de l’or !

par contre, je suis CERTAIN que l’investissement des USA pour le séquençage du génome humain a permis l’identification de plusieurs dizaines de gènes responsables de maladies génétiques humaines. il existe plus de 6000 maladies génétiques, concernant en moyenne une personne sur 5, et la même proportion est touchée par un cancer au cours de sa vie (en europe & amérique du nord). les USA n’ont pourtant investi que 3 milliards de dollars dans le programme génome-humain. 40 fois moins que les 120 milliards qu’ils ont consacrés à l’ISS. imaginons si ça avait été l’inverse….

cela concernait la recherche en biologie. concernant la recherche en physique: entre 1998 et 2015, ~1.200 publications scientifiques ont été produites à la suite des travaux menés sur l’ISS. rapporté au seul coût de la station, on en est à ~88 millions d’euros dépensés pour chaque publication scientifique (sans tenir compte du prix colossal de l’investissement au sol)… en europe, nous avons à grenoble un instrument comparable à l’ISS, l’institut laue-langevin, consacré à la physique des particules. entre 2012 et 2015, il a produit ~1.700 articles pour un coût moyen de ~200.000 euros/article. càd 440 fois moins …

« La toux était prédominante et constituait un prédicteur important de l’excrétion du virus dans les aérosols grossiers et fins. elektricity club Cependant, la toux n’était pas nécessaire pour la production d’aérosols infectieux dans la fraction d’aérosol ≤5 μm (fine); Nous avons détecté des virus cultivables dans les aérosols fins pendant 48% des séances d’échantillonnage quand aucune toux n’a été observée. Ceci suggère que les gouttelettes expirées, générées par des mécanismes autres que la toux, sont responsables d’une partie de la charge virale observée dans la fraction d’aérosols fins. Plusieurs chercheurs ont récemment montré que les particules d’aérosols expirées sont souvent générées à partir de poumons sains normaux par la fermeture et la réouverture de petites voies respiratoires ( 19 ⇓ -21 ). gas efficient cars Il a été émis l’hypothèse que lors d’infections respiratoires, la fréquence de fermeture des voies aériennes et de réouverture serait augmentée en raison de l’inflammation avec une augmentation proportionnelle de la génération d’aérosols et de la contagiosité. »

« Avant la transition de l’Archéen au Protérozoïque (APT), le régime tectonique était dominé par des microplaques flottant sur un manteau de faible viscosité. Un tel régime a restreint les échanges chimiques entre les réservoirs mantelliques peu profonds et profonds. gas after eating Après l’APT, un régime de convection plus global a conduit à une subduction profonde des dalles. electricity freedom system Nous proposons que le mélange vertical amélioré du manteau a favorisé la libération à la surface de la Terre d’un excès d’oxygène initialement piégé dans le manteau profond. Cet excès s’est accumulé lorsque le manteau inférieur primordial a été laissé avec un rapport élevé de Fe3+ / (Fe2+ + Fe3+ ) (#Fe3+ ), après que le fer métallique se ségrége dans le noyau. Nos expériences in situ basées sur le synchrotron suggèrent un Fe3+ primordial en excès de ~ 20% pour le fer du manteau. b games car En comparaison avec le #Fe3+ du manteau actuel, cet excès de Fe3+ correspondrait à 500-1000 fois la teneur en O2 de l’atmosphère terrestre. z gas guatemala La transition tectonique a grandement facilité l’ascension du matériau oxydé du manteau inférieur vers la surface de la Terre, induisant une arrivée continue d’O2 à la surface de la Terre et dans l’atmosphère. »

« Animal diversification on Earth has long been presumed to be associated with the increasing extent of oxic niches. Here, we challenge that view. We start with the fact that hypoxia (<1–3% O2) maintains cellular immaturity (stemness), whereas adult stem cells continuously—and paradoxically—regenerate animal tissue in oxygenated settings. Novel insights from tumour biology illuminate how cell stemness nevertheless can be achieved through the action of oxygen-sensing transcription factors in oxygenated, regenerating tissue. We suggest that these hypoxia-inducible transcription factors provided animals with unprecedented control over cell stemness that allowed them to cope with fluctuating oxygen concentrations.

// On suppose depuis longtemps que la diversification animale sur Terre est associée à l’extension croissante des niches oxygénées. Nous contestons cette opinion. hp gas online registration Nous commençons par le fait que l’hypoxie (<1-3% d’ O2) maintient l’immaturité cellulaire (sténosité), alors que les cellules souches adultes régénèrent en continu – et paradoxalement – les tissus animaux en milieu oxygéné. De nouvelles découvertes issues de la biologie tumorale illustrent comment la racine des cellules peut néanmoins être obtenue grâce à l’action des facteurs de transcription sensibles à l’oxygène dans les tissus oxygénés et régénérateurs. Nous suggérons que ces facteurs de transcription inductibles par l’hypoxie ont fourni aux animaux un contrôle sans précédent sur la quiétude cellulaire qui leur a permis de faire face aux fluctuations des concentrations d’oxygène. »