Solar impulse — wikipédia electricity facts ks2

#####

• 2003 : rencontre avec André Borschberg, un des deux pilotes, et Eric Freymond, directeur de Semper Gestion (en) et premier investisseur du projet [2 ] ; étude de faisabilité à l’ École polytechnique fédérale de Lausanne (EPFL) et annonce du défi, soit le tour du Monde à l’énergie solaire en 2009.

• 2007-2008 : conception et fabrication du prototype immatriculé HB-SIA (Hotel Bravo Sierra India Alpha, HB faisant référence au préfixe d’immatriculation aéronautique de la Suisse, et les lettres SI correspondent à l’abréviation de Solar Impulse).

• 13 mai 2011 : premier vol international du HB-SIA entre l’ aérodrome militaire de Payerne (Suisse) et l’ aéroport de Bruxelles (Belgique). Piloté par André Borschberg, l’avion a parcouru 630 km durant 13 heures, à la vitesse moyenne d’environ 50 km/h et à une altitude d’environ 12 000 pieds [4 ].

• 14 juin 2011 : invité au Salon international de l’aéronautique et de l’espace de Paris-Le Bourget, Solar Impulse a rejoint l’ aéroport Paris-Le Bourget, en ayant au préalable chargé ses batteries avec le courant industriel belge. Piloté par André Borschberg, l’avion a décollé de Bruxelles à 5 h 5. Après 16 h 5 min de vol, l’avion a atterri à l’aéroport du Bourget à 21 h 15.

• 21 juin 2012 : Après un premier essai ( 13 juin 2012), André Borschberg a finalement rallié la destination finale de cette mission, l’aéroport de Ouarzazate, où a été inaugurée la centrale solaire Noor développée par l’Agence marocaine de l’énergie solaire (MASEN).

• 6 juillet 2013 : Solar Impulse 1 (HB-SIA) réalise la dernière étape de la traversée des États-Unis d’Ouest en Est, Washington – New York. C’est aussi le dernier vol de Solar impulse 1 (HB-SIA), qui est mis à la retraite à partir de ce jour-là ; il sera démonté et rapatrié par avion cargo en Suisse à Dubendorf. Solar Impulse (HB-SIA) a ainsi plus de 400 heures de vol à son actif.

• 1 er novembre 2014 : Solar Impulse 2 décolle à 16 h 11 après avoir attendu que la brume sur la plaine de la Broye se dissipe. Bertrand Piccard est aux commandes pour la seconde fois ; une heure plus tard c’est le retour car la brume se réinstalle sur la base aérienne de Payerne. Une vingtaine de personnes sont présentes sur le monticule qui jouxte la piste [réf. nécessaire].

• 9 mars/juillet 2015 : tentative de tour du monde en plusieurs étapes ; Abou Dabi est la ville de départ et d’arrivée prévue de Solar Impulse 2 [7 ]. L’avion, piloté par les deux fondateurs de la société, les Suisses Bertrand Piccard et André Borschberg, devrait effectuer le trajet en 5 mois environ dont 25 jours de vol effectif.

• 24 avril 2016 : Solar Impulse 2 a bouclé la traversée du Pacifique et s’est posé sur la base aérienne de Moffett, au sud de San Francisco, en Californie juste avant minuit, heure locale ( 7 h 0 GMT), trois jours après son décollage jeudi d’Hawaï.

• 3 mai 2016 : Solar Impulse 2 a réalisé sa première étape américaine. Il survole la Californie du Nord au Sud, tangeante plus de 22 600 ft (6 899 mètres) au-dessus du village historique de Pioneertown, haut-lieu de tournages de westerns, dans les années 1940, avant d’arriver à Phoenix (Arizona)

• Enfin, le 24 juillet 2016, Bertrand Piccard décolle du Caire pour la dernière étape. Il atterrit à Abou Dhabi le 26 juillet vers 0 h 5 UTC ( 4 h 5 à Abou Dhabi), achevant ainsi le premier tour du Monde en avion propulsé uniquement par l’énergie solaire.

La démarche de Solar Impulse est à la fois scientifique et technologique, par toutes les recherches qu’elle implique. Ce défi technologique est aussi celui d’une innovation industrielle, sans parler de la prouesse sportive réalisée par les pilotes.

Le Solar Impulse est basé sur des technologies devenues matures au début du XXI e siècle, comme les cellules photovoltaïques, les batteries au lithium-polymère et les matériaux ultra léger en fibre de carbone. Pour que le projet aboutisse, chaque élément de l’avion a été conçu et optimisé pour réduire la masse de l’avion, augmenter son aérodynamisme, réduire sa consommation d’énergie et maximiser le rendement des cellules photovoltaïques [26 ] , [27 ] , [28 ]. Défi [ modifier | modifier le code ]

Le Solar Impulse n’est pas le premier avion solaire mais, à ce jour, aucun de ses prédécesseurs avec un pilote à bord n’a réussi à passer une nuit en vol [réf. nécessaire]. Par ailleurs, en l’absence de pilote automatique, la conduite de l’appareil nécessite une grande vigilance de la part du pilote, le prototype ne pouvant effectuer un virage avec une inclinaison supérieure à 5°, du fait de sa très grande envergure et de sa faible vitesse. Si tel était le cas, la voilure pourrait décrocher et la situation serait irrécupérable [29 ]. Avions [ modifier | modifier le code ] Prototype [ modifier | modifier le code ]

Le prototype du premier avion, HB-SIA, pèse 1 600 kg pour une envergure de 63,4 m. Dépourvu de cabine pressurisée, il a pour mission de vérifier par l’expérience les hypothèses de travail ainsi que de valider la sélection des technologies et procédés de construction.

Des capteurs solaires aux hélices, la chaîne de propulsion de Solar Impulse est optimisée pour avoir le rendement le plus élevé possible. Son design a été pensé pour résister aux conditions hostiles que subissent les matériaux et le pilote en haute altitude, en intégrant les contraintes de poids aux impératifs de résistance.

Les 17 248 cellules photovoltaïques en silicium monocristallin sont ultrafines ( 166 μm) [ réf. souhaitée]. Elles ont été sélectionnées pour leur rapport optimal [ réf. souhaitée] poids/rendement. Capacité de stockage [ modifier | modifier le code ]

Avec une densité énergétique de 200 Wh/kg en 2012 (260 en 2015), les accumulateurs nécessaires pour le vol de nuit pèsent 400 kg (plus du quart de la masse totale de l’avion). Ce paramètre oblige à réduire drastiquement la masse du reste de l’avion, à optimiser toute la chaîne énergétique et à maximiser le rendement aérodynamique par un grand allongement et un profil d’aile conçu pour les basses vitesses. Équipe [ modifier | modifier le code ]

La famille Piccard a réalisé plusieurs premières dans le domaine de l’aéronautique : la capsule pressurisée et la première ascension stratosphérique en ballon ( Auguste Piccard, grand-père de Bertrand Piccard), le premier record de plongée en bathyscaphe (accompli par Don Walsh, lieutenant de l’ US Navy et commandant de bord, et Jacques Piccard, père de Bertrand) et le premier tour du monde en ballon sans escale en 1999 ( Brian Jones et Bertrand Piccard). Projets comparables [ modifier | modifier le code ]

Le projet Solar Ship, un avion cargo dont les ailes sont gonflées à l’hélium est en cours de réalisation. Propulsé grâce à l’énergie solaire à l’image de Solar Impulse, il serait capable de transporter 10 tonnes de fret et de se déplacer à une vitesse de 100 km/h. À terme, il pourrait notamment être utilisé dans le secteur de l’aide humanitaire [38 ].