The human league — wikipédia electricity electricity music notes

###########

Human League sort son premier single la même année, Being Boiled, qui se vend à près de 5 000 exemplaires au lieu h gas l gas des 1 000 prévus. Il sera suivi d’un EP instrumental : The Dignity of Labour. Après avoir assuré la première partie de Siouxsie and Banshees durant l’automne, ils sortiront leur premier album en 1979 : Reproduction, accompagné du single Empire State Human [réf. nécessaire].

La même année, l’arrivée de Gary Numan éclipsera totalement Human League. Il faudra attendre 1980 pour voir le groupe accéder à un modeste succès avec l’album Travelogue et l’EP Holiday. Le single Only After Dark ne rencontra, lui, aucun succès. Une tournée épuisante et infructueuse, d’incessants conflits, et des directions musicales différentes amènent youtube gas station karaoke le groupe à se séparer en octobre 1980. Martyn Ware et Ian Marsh partiront fonder Heaven 17 avec lequel ils obtiendront de nombreux succès, dépassant même celui de Human League en 1983. Il est décidé que Phil Oakey conserverait le nom Human League, en échange de 1% des royalties du prochain album (en l’occurrence, Dare), un bénéfice très appréciable pour Heaven 17 [réf. nécessaire].

Deux gas after eating meat jeunes choristes, encore mineures, viennent d’être recrutées au Crazy Daisy, une discothèque de Sheffield: Joanne Catherall et Susanne Sulley. Deux musiciens viennent également gonfler les rangs : le bassiste Ian Burden et le guitariste Jo Callis. Après un single de transition, Boys and girls, Human League prend son envol avec les quatre singles The Sound of the Crowd, Love Action, Open your Heart et surtout Don’t You Want Me (N°1), qui atteindront tous le top 20 [réf. nécessaire]. Ils sont extraits de l’album Dare (N°1) qui sera certifié triple disque k electric jobs 2016 de platine [réf. nécessaire].

Dans la foulée, Human League ressort, début 1982, l’un de ses premiers titres : Being boiled, avec un Top 10 à la clef. Le groupe ne parvient pas à renouveler cet écrasant succès, et leur troisième album se fait attendre. En attendant, Human League sort deux singles, Mirror Man en 1982 et (Keep Feeling) Fascination en 1983, tous deux extraits d’un EP sorti en 1983, également appelé Fascination. En 1983, sur la route du succès, Heaven 17 devient plus populaire et éclipsera, pour quelque temps du moins, Human League [réf. nécessaire].

L’année 1984 se termine toutefois sur une note positive : Phil Oakey vient de participer à la bande originale du premier film Virgin intitulé Electric dreams. Il interprète la chanson principale du film : Together in Electric Dreams, une collaboration avec Giorgio Moroder, atteindra la place N°3, bien mieux que les world j gastrointest surg impact factor singles du dernier album.

L’idée d’un album solo pour Phil Oakey fait son chemin, et l’amène dans les studios avec Giorgio Moroder dans le courant de l’année 1985. Néanmoins, l’enregistrement est rapide, et l’album, sobrement intitulé Philip Oakey and Giorgio Moroder, est un relatif échec, malgré la présence de Together in Electric Dreams. Les deux autres singles, Goodbye Bad Times et Be My Lover Now, connaissent un sort similaire.

Toujours en 1985, le guitariste Jo Callis quitte le groupe electricity in costa rica current. Human League commence alors l’enregistrement de son nouvel album, Crash, qui sortira en 1986. Si celui-ci figure dans le Top 10 des ventes, l’ambiance pendant l’enregistrement est toujours aussi tendue, sans compter que cet album sera composé par Jimmy Jam et Terry Lewis, ces derniers demandant même au groupe de quitter les studios pour les laisser composer l’album seuls.

Trois singles en seront extraits : Human sera dans le Top 10 britannique [réf. nécessaire], mais surtout, ce sera leur deuxième N°1 aux États-Unis après Don electricity jokes riddles’t You Want Me. Les deux autres singles n’auront pas cette chance : I Need Your Loving passe complètement inaperçu, tandis que Love is all that matters fait un peu mieux, accompagnant la sortie d’un best-of en 1988. Adrian Wright quitte le groupe en 1986, suivi en 1988 par Ian Burden [réf. nécessaire].

Pour leur sixième album, il ne reste plus que le chanteur Phil Oakey et les deux choristes Joanne Catherall et Susanne Sulley de la formation originelle [réf. nécessaire]. L’album Romantic, tout comme les singles Heart Like a Wheel et Soundtrack to a Generation, ne seront pas de grands succès. Malgré tout, Human League gas in oil pan retrouve le chemin des studios pour leur septième album sorti en 1995 : Octopus, qui leur offre un Top 10 [réf. nécessaire].

Les singles qui en sont extraits connaîtront également de bonnes places dans les charts : Tell Me When leur amène enfin un tube, qui leur avait manqué depuis près de dix ans. One man in my heart est une ballade interprétée par gas hydrates india Susanne Sulley. Deux autres singles sortiront également : Filling up with heaven puis Stay with me tonight en 1996. Un remix de Don’t You Want Me sort dans la foulée [réf. nécessaire].

Le succès resta toutefois modeste, la faute à leur nouvelle maison de disques, Papillon Records, dont la faillite fut prononcée peu après, empêchant toute promotion et une bonne distribution des disques. Le single All I Ever Wanted fait le bonheur des fans, malgré un succès modeste là encore. Ce retour aux sources fut vivement salué. Le deuxième single, Love me madly power energy definition, à la suite d’une diffusion très confidentielle, ne parvint pas à se classer dans les charts [réf. nécessaire].