U.s. route 66 — wikipédia la gasolina in english

###

Sa longueur a beaucoup varié au gré des années et des remaniements de son tracé, notamment à partir de 1937, où la Route 66 a cessé de desservir la ville de Santa Fe, au Nouveau-Mexique. La longueur communément admise est celle postérieure à ce remaniement, soit environ 2 278 miles (3 665 km) [1 ]. Avant 1937 elle était de 2 448 miles (3 945 km) [2 ]. La Route 66 traverse trois fuseaux horaires et 8 États (d’est en ouest : Illinois, Missouri, Kansas, Oklahoma, Texas, Nouveau-Mexique, Arizona et Californie). Son point central se trouve dans la petite ville d’ Adrian, dans le Texas. Elle fut la première route trans-continentale goudronnée en Amérique. Les Américains la surnomment The Mother Road ou Main Street USA.

La Route 66 a été officiellement déclassée en 1985. Si elle n’a plus d’existence officielle, elle conserve un caractère mythique et est sans doute la plus connue des routes américaines. Depuis le début des années 1990, des mouvements se sont créés pour assurer sa préservation, et les initiatives visant à y développer le tourisme sont de plus en plus nombreuses. La route est ainsi à nouveau fléchée à plusieurs endroits sous le nom Historic Route 66.

L’ itinéraire a été commissionné le 11 novembre 1926 [3 ], en fédérant des portions de routes existantes. À l’époque, la route n’est revêtue que sur un tiers de sa longueur [4 ]. Cyrus Avery, président de l’Associated Highways Associations of America, est considéré comme son « père fondateur » [5 ]. Une course à pied, la course transaméricaine, est organisée en 1928 et 1929 entre Los Angeles et New York en passant par Chicago, pour la faire connaître. Il faut attendre douze ans avant que toute sa longueur ne soit pavée de dalles de ciment Portland rose [6 ]. Ce n’est qu’en 1937, notamment grâce à la politique du New Deal lancée par le président Franklin Delano Roosevelt, que la route est revêtue de Chicago à Santa Monica.

Pendant son heure de gloire, la Route 66 recevra de nombreux surnoms. La National US 66 Highway Association, qui se charge de populariser la route auprès du grand public, la nommera Main Street of America, une appellation justifiée par le fait que la Route 66 faisait office de rue principale dans la plupart des villes qu’elle traversait. Dans son célèbre roman Les Raisins de la colère, John Steinbeck la baptisera The Mother Road (la « route-mère »), car toutes les routes secondaires débouchaient sur la Route 66. Plus tard, elle recevra le nom de Will Rogers Highway, en mémoire de l’acteur.

Durant l’après-guerre, la Route 66 constitue un itinéraire majeur autour duquel se développent de nombreuses villes comme Amarillo (au Texas), Albuquerque (au Nouveau-Mexique), Flagstaff et Kingman (en Arizona). Des centaines de motels, de cafés, de stations-services, d’attractions touristiques et autres boutiques de souvenirs ( curio shops) s’établissent le long de la route.

Très impressionné par le réseau autoroutier allemand (Autobahn), le président Eisenhower lance en 1954 le President’s Advisory Committee on a National Highway Program, dont l’objectif est de réfléchir à la mise en place d’un réseau autoroutier moderne sur tout le territoire américain. Deux ans plus tard, les budgets sont votés et les premiers Interstates mis en chantier. Avec le développement des autoroutes, la Route 66 perd de son utilité. Là où elle subsiste (certains tronçons sont repris pour construire les autoroutes), son usage redevient majoritairement local. En 1984, le dernier segment de la 66 est « court-circuité » à Williams [7 ] en Arizona.

La Route 66 a été officiellement déclassée le 27 juin 1985 [8 ]. Pour les commerces et villages qui vivaient de la Route 66, le contournement par les Interstates a souvent été vécu comme une tragédie [9 ]. Certains petits commerces ont été abandonnés, parfois même des villages entiers. Mais depuis plusieurs années, l’animation revient : les motels, boutiques et lieux historiques bordant la Route 66 sont petit à petit restaurés, accueillant à nouveau les voyageurs.

Route 66 est également une chanson célèbre, écrite en 1946 par Bobby Troup lors d’un road-trip avec sa femme sur la US40 puis sur la Route 66. C’est Nat King Cole qui fera de cette chanson mythique, un hit aux USA, la même année. La chanson a été reprise par de nombreux chanteurs connus : Chuck Berry, les Rolling Stones, Brian Setzer, Depeche Mode en 1987, Guitar Wolf. Eddy Mitchell a également chanté cette route dans son album Frenchy ( Sur la route 66). La chanson a également été interprétée par Bobby Troup lui-même, notamment sur scène, au Japon en 1964. Itinéraire en images [ modifier | modifier le code ]

Voici une liste des principales étapes de la Route 66, d’Est en Ouest dans le sens de lecture, comme le voudrait la tradition : qu’on la parcoure, comme les colons, les exilés de la Grande Dépression et du Dust Bowl ou les vacanciers des années 1950 et 1960. Le point de départ actuel est marqué par un panneau situé à la hauteur du 85 Adams Street, en face de l’ Institut d’art de Chicago.

• "Route 66" est un livre collectif, édité aux éditions SPE-Barthélémy en 1992, puis réédité successivement en 2001 et 2004, réalisé par l’écrivain voyageur Jean-Patrick Reymond, le photographe Patrick Bard et Philippe Lacarrière. Fruit de plusieurs années de travail, cet ouvrage est à l’origine de la médiatisation de "La mère des routes" en France au début du XXI e siècle.

• Elle occupe une place centrale dans le film d’animation de John Lasseter, Cars sorti en 2006. Lasseter a fait appel aux meilleurs spécialistes pour se documenter en pré-production du film, et certains lieux de l’action sont directement inspirés de sites existant réellement [46 ], par exemple Flash McQueen se retrouve à Radiator Springs (lieu fictif supposé se trouver sur la Route 66). Sally raconte dans le film l’histoire de la ruine financière des petites villes de la Route 66 due à la construction d’une autoroute [47 ].

• Le véritable Bagdad Café, autrefois appelé Sidewinder Cafe, existe non loin du village fantôme de Bagdad, à Newberry Springs sur l’ancienne Route 66 et reçoit chaque année la visite de nombreux fans nostalgiques (coordonnées géographiques : 34° 49′ 11,1″ N, 116° 38′ 37,5″ O).

• Elle est médiatisée en France, lors de deux émissions qui lui sont consacrées dans le magazine Turbo animées par Dominique Chapatte, sur M6, à la suite de la parution du livre éponyme "Route 66" des éditions SPE – Barthélémy, en décembre 1992.